Les challenges RH qui font bouger plus et mieux

challenges-rh-bouger

Les ressorts des challenges commerciaux avec incentive sont de plus en plus utilisés pour des actions destinées à engager l’ensemble des collaborateurs, dans une démarche RH. Les objectifs portent souvent sur des changements de comportements en lien avec la stratégie RSE de l’entreprise. Par exemple : inciter les employés à bouger plus, ou les amener à une conduite automobile plus responsable.

« De plus en plus d’entreprises organisent des challenges à incentive portant sur des attitudes ou des comportements de leurs collaborateurs », rapporte Valérie Samuel, directrice commerciale et co-fondatrice de Reward Process. Dans le viseur, les sujets ayant trait à la responsabilité socio-environnementale de l’entreprise (citoyenneté, développement durable, écologie, etc.) : pousser les salariés motorisés à avoir une conduite plus écologique – et plus économe, encourager ses collaborateurs à combattre la sédentarité en améliorant le nombre de pas effectués dans la journée, etc.

Enclencher une dynamique

Les challenges sont une manière ludique d’enclencher une dynamique sur de nouveaux comportements en lien avec les engagements citoyens de l’entreprise. Il s’agit, par les challenges, de créer une dynamique en misant sur l’idée que le jeu permettra l’adoption de pratiques qui perdureront ensuite. Comme pour les challenges commerciaux, une mécanique ludique permet de motiver les collaborateurs sur des objectifs comportementaux, en les mettant en situation de saine concurrence par le jeu. « La gamification des challenges permet de combattre un possible manque d’envie de changer de comportement chez les collaborateurs » ajoute Valérie Samuel. Le jeu engendre une dynamique collective qui permettra une émulation interne, favorisera l’adoption de meilleures habitudes, améliorera le bien-être au travail, etc. selon l’objectif défini.

La compétition peut revêtir plusieurs formes :

  • les challenges intra-entreprise, ayant lieu en interne et visent l’ensemble du personnel ou seulement une partie, portant sur un objectif de l’entreprise, souvent ayant trait à sa culture ou à sa stratégie,
  • les challenges inter-entreprises, externes, qui mettent en concurrence des équipes de différentes entreprises, généralement lors d’un événement.

Dans les deux cas, existe la possibilité de prendre en compte les résultats de l’équipe comme les résultats individuels, de manière à valoriser un effort collectif, particulier ou les deux.

Inciter ses employés à bouger plus

En France, on estime que 28 millions de personnes sont sédentaires, un chiffre qui progresse de 8% chaque année. La sédentarité́ est un facteur de risque majeur pour la santé qui dépasse le tabac. L’OMS recommande ainsi d’effectuer au moins 10 000 pas par jour. Pas facile lorsqu’on a un travail de bureau… Nombres d’entreprises tentent de prendre à bras le corps ce sujet et cherchent à pousser leurs employés à redevenir physiquement actifs. « Le plus dur dans la lutte contre la sédentarité au bureau, ce n’est pas forcément l’effort physique à fournir, mais plutôt la motivation qu’il faut trouver pour changer ses habitudes » témoignait Benoît Eycken, directeur général d’Alizeum[1], lors d’un précédent article dédié à la pratique sportive en entreprise.

Le challenge des escaliers

Pour redonner envie aux collaborateurs de retrouver une activité physique, même basique, Alizeum propose plusieurs solutions. Son programme BeWizz en est une. Selon Benoît Eycken, « pour remettre quelqu’un au sport, il faut surtout allumer l’étincelle, puis souffler sur le feu pour l’entretenir, et cela avec un programme ludique ». Le challenge sportif peut alors être un bon levier pour mettre en place une telle dynamique, comme par exemple, le « challenge des escaliers », transposable en « challenge des pas ».

Pendant une semaine ou un mois, les collaborateurs sont invités à compter, à l’aide d’un dispositif connecté, le nombre de pas qu’ils effectuent pendant une journée, et à améliorer ces données. Une performance qui peut se réaliser individuellement et par petites équipes, par exemple au niveau d’un département. Un suivi journaliser ou hebdomadaire s’impose, en mode « Aujourd’hui l’équipe compta a fait 3228 pas de plus que l’équipe commerciale, mais il reste en moyenne encore 1312 pas par personne par jour pour arriver aux 10 000 recommandés ».Toutes les formules sont possibles, le principe étant de pousser les collaborateurs à bouger davantage. Quand on a réussi à ne pas prendre l’ascenseur pendant une semaine, on est capable, au quotidien, et sur la durée, d’en réduire durablement son utilisation.

Challenges inter-entreprises

Faire bouger les collaborateurs, c’est possible par des opérations internes, mais aussi par des challenges inter-entreprises. Ils sont l’occasion de créer un esprit d’équipe face au monde extérieur et de souder les employés autour de l’entreprise dont ils portent les couleurs. Comme le challenge interne des pas, le challenge interentreprises BeWalk vise à faire marcher le plus possible les collaborateurs pendant une semaine, en mettant en compétition des équipes issues de diverses entreprises sur une période de temps donnée. On participe en espérant faire gagner son équipe et son entreprise. Un challenge où salariés comme entreprises ont tout à gagner :

  • au niveau individuel : une meilleure condition physique, un jeu qui fait travailler l’esprit d’équipe, des cadeaux et privilèges à gagner ;
  • pour l’entreprise, le challenge est un facteur de cohésion d’équipe et de lien social, un outil de réduction du stress et de meilleur bien-être des collaborateurs.

Dans un esprit similaire, les marathons organisent souvent chacun des « challenges interentreprises » dédiés. Idem avec la multiplication des événements de running en BtoB, comme la Run at Work ou encore la B2Run. Run at work propose d’ailleurs un kit de communication à destination du capitaine d’équipe avec affiches, flyers et autocollants, afin d’impliquer un maximum de collaborateurs dans la participation de l’équipe de l’entreprise.

Une conduite plus responsable

La mobilité ne se limite pas à la marche à pieds ! Les challenges RH peuvent aussi participer à l’adoption d’une conduite éco-responsable. En période de restriction budgétaire, de prise de conscience écologique et d’épisodes de blocus pétroliers, la responsabilisation des salariés vis-à-vis de leur consommation de carburant et des émissions de CO2 peut s’avérer un axe d’amélioration significatif pour l’entreprise. Comment pousser les salariés à modifier leurs habitudes de conduite, et leur en donner envie ? Le jeu, la motivation d’une récompense, constituent là-aussi des leviers intéressants.

Ainsi dans la région lyonnaise, le challenge inter-entreprises GECO- Challenge[2] portant sur l’éco-conduite en est à sa troisième édition, ce qui témoigne de son intérêt pour les entreprises de la région. Individuellement, mais aussi entreprise par entreprise, les conducteurs sont invités à prendre conscience de la consommation de carburant induite par leur conduite, et sont conseillés par l’application pour modifier leur conduite afin d’abaisser celle-ci. A la clé, il y a 10 à 15 % d’économie de carburant, sans parler des réductions d’émissions de CO2. De quoi mettre l’entreprise en position d’acteur responsable vis-à-vis des enjeux environnementaux, catalyseur d’un changement chez ses employés.

Les salariés apprennent une conduite bénéfique également pour leurs déplacements personnels, ils peuvent gagner des lots intéressants. Pour l’entreprise, le traceur énergétique de GECO permet d’évaluer l’empreinte écologique de la flotte professionnelle et de contribuer à sa réduction. L’efficacité et le taux de participation sont les critères pris en compte pour désigner les vainqueurs. La meilleure performance individuelle est également primée.

Les grands principes d’un challenge RH réussi :

  • Définir un objectif en lien avec la stratégie d’entreprise
  • Définir les règles du jeu : l’objectif à atteindre, la durée du challenge, les modalités de participation (challenge individuel ou en équipe, ou les deux)
  • Communiquer : les règles du jeu, la dotation s’il y en a une. Communiquer avant le challenge, pendant, et à sa conclusion.
  • Privilégier les objectifs collectifs pour garder l’esprit ludique du challenge et éviter d’ajouter une pression individuelle sur un sujet non directement lié au CA. Les résultats du challenge seront représentatifs de l’effort collectif de l’entreprise, impliquant l’ensemble des salariés.

[1] Alizeum, agence spécialisée dans la pratique du sport en entreprise qui s’est donnée pour mission d’aider l’entreprise à prévenir les problèmes de santé de ses collaborateurs par une meilleure activité physique

[2] GECO est une application d’écoconduite pour Smartphones développée par IFP Energies nouvelles, téléchargeable gratuitement sur les stores ou depuis le site web www.geco-drive.fr

Partagez dans votre réseau

1 commentaire

  • Bonjour,
    Deux beaux sujets d’actualité.
    Convaincu du bien fondé de la démarche quant à la mise en place de challenges commerciaux, les actions mobilisant le collectif implique de fait la notion de performance individuelle.
    Il est également essentiel de bien choisir « Les Récompenses » afin de donner du sens aux challenges et stimuler les troupes par l’enjeu, le Gain. (Source de motivation ou non)
    C’est ainsi que nous avons imaginé des programmes de récompenses principalement « collectives » (Voyages, Journée sur Circuit automobiles couplé à des visites découvertes (Usine Ferrari et pilotage à Maranello, Expériences œnologiques etc….) afin de nous inscrire à vos côtés et contribuer par la qualité du contenu élaboré à l’atteinte de vos objectifs.
    Chez Magnitude, nous voyons les commerciaux tels des sportifs de haut niveau. Ils ne doivent jamais relacher leur efforts pour performer…. Les qualités de l’entraineur (le Coach) et de l’entrainement (L’Animation) font et feront la différence sur la ligne d’arrivée.
    En ce qui concerne la sécurité routière et l’éco-conduite, ces thématiques sont également de véritables enjeux pour l’entreprise au regard du cout de la sinistralité et de l’économie potentielle sur le poste consommables carburant.
    L’intérêt, sur ces 2 axes, est d’opter pour des actions (Formation) pratiques et pragmatiques permettant de sensibiliser et de responsabiliser vos équipes itinérantes et autres « pilotes en devenir ».
    Une formation eco-conduite peut vous faire gagner jusque 20% d’économie sur le poste consommable carburant. En fonction de la taille de votre flotte et du nombre de kilomètres réalisés chaque année, l’économie peut être particulièrement conséquente. Les challenges, sur ces axes, sont des mesures à envisager au regard du bénéfice économique et parfois complémentaires aux actions menées écrites au Document Unique.
    En vous souhaitant de belles fêtes de fin d’année.
    Didier N.

Laisser un commentaire