Le point sur la sieste au travail

sieste-au-travail

Alors que certains ont besoin de dormir 8 heures par nuit, pour d’autres cinq heures suffisent. Si nous ne sommes pas tous égaux face au sommeil, la grande majorité d’entre nous (82% selon une enquête d’Eve Sleep conduite par Opinion Way de 2016) ressent un coup de barre au cours de sa journée de travail. Un moment pendant lequel il est scientifiquement recommandé de se laisser tomber dans les bras de Morphée.

Des avis partagés

En 2016, Manager Attitude avait défendu les bienfaits de la sieste au travail : plusieurs études montrent qu’elle permet d’augmenter la productivité des salariés, de réduire le stress ou encore, d’accroître le sentiment de fierté. Des atouts salués par près de la moitié des directeurs ou responsables administratifs français. 47% d’entre eux sont favorables à l’instauration d’une sieste de moins de 20 minutes sur le lieu de travail, selon une étude du cabinet Robert Half (2013). En 2016, les statistiques d’Opinion Way soulignent une fois de plus l’intérêt majeur de la sieste : pour 72% des sondés, la fatigue occasionnelle a un impact négatif sur leur travail et pour 49% des actifs, la sieste au travail constitue le meilleur moyen de remédier à la fatigue journalière. En revanche, cette étude indique que seuls 12% des dirigeants sont actuellement ouvertement favorables à la sieste au travail, et 15% des actifs y demeurent réfractaires. Un chiffre qui n’a pas freiné les promoteurs du Nap Concept : la généralisation des espaces de repos au travail.

Une pratique en développement

Si la France offre encore quelques réticences face à la sieste, les États-Unis y sont déjà plus familiers. C’est certainement pourquoi une entreprise de matelas, Casper, n’a pas hésité à adapter le principe du Food Truck : la marque a sillonné le pays avec un Nap Truck (camion à sieste) proposant gratuitement de profiter de quelques minutes de repos, sur un matelas posé dans le camion. Un simple coup de pub pour Casper, mais une idée ré-utilisée par de jeunes start-up françaises. C’est notamment le cas de Nap&Up qui souhaite « démocratiser la sieste en entreprise » et propose ainsi des espaces de micro-sieste… à la location. Des sociétés, et non des moindres, ont déjà adopté les salles de sieste : des salariés de Google, Orange ou encore Renault en profitent chaque jour. A juste titre – si la création d’une salle de sieste permet de gagner une heure de productivité par jour et par salarié, l’investissement peut s’avérer très rapidement rentable…

Laisser un commentaire