« Carte ou papier, nous laissons le choix à nos agents pour le Ticket Restaurant® »

Philippe Belair du Conseil Départemental de l'Ain

Bonjour Philippe Belair. Quelles sont vos missions en tant que Directeur Général Adjoint des Services au Conseil Départemental de l’Ain ?

Philippe Belair : Ma fonction recouvre entre autres la direction du service chargé de gérer les aides accordées aux agents du département. Mais je dirige également les services support – par exemple la gestion des assemblées des élus, les services juridiques, les services informatiques, la direction des moyens et celle du service immobilier.

Combien de personnes travaillent pour un conseil départemental comme celui de l’Ain ?

Environ 2200 personnes sont employées dans les services administratifs et 200 autres prennent en charge, pour le compte du Conseil Départemental, des enfants qui sont en placement parce que leurs parents ne sont plus à même de les assumer entièrement.

Vous proposez le titre restaurant pour vos collaborateurs depuis plus de vingt ans maintenant. Est-ce que cela a toujours été un long fleuve tranquille ?

La relation entre le département de l’Ain qui commande les tickets restaurants et les émetteurs est de très bonne facture depuis 1983. Nous bénéficions d’une très bonne qualité de services. Bien entendu, tout cela se gère dans le cadre de la commande publique.

Le Ticket Restaurant® a évolué. Son actualité d’aujourd’hui est placée sous le signe de la dématérialisation et de la carte associée. Est-ce un sujet qui  vous préoccupe ou qui retient votre attention ?

Il ne nous préoccupe pas… mais il a mérité notre attention puisque lorsque nous avons renouvelé le marché avec le prestataire actuel, notre objectif était de pouvoir réfléchir pendant la première année à une solution permettant de proposer aux agents un système mixte, avec à la fois une version papier et la carte.

Nous avons fait des propositions dans le cadre de réunions entre élus et syndicats. Nous avons trouvé un terrain d’entente où nous n’imposons rien, mais qui permet à chaque agent de choisir entre trois options : soit le 100% papier, soit le 100% carte, soit un mix 50/50 entre les deux. Ils s’orientent vers celle qui leur convient le mieux.

Cela va-t-il constituer un test grandeur nature de l’état d’esprit des collaborateurs par rapport à la carte ?

Oui. Peut-être que, petit à petit, ils en viendront à choisir de prendre l’intégralité de leurs Tickets Restaurant sur la Carte. Ou qu’au contraire ils auront tendance à revenir vers le papier. En leur laissant une liberté de choix totale, avec l’accord des élus bien entendu, je pense que nous avons fait ce qui pouvait se faire de mieux pour les agents du département.

Et bien nous suivrons cette première, par la taille de l’échantillon de population concerné, avec beaucoup d’attention. Merci beaucoup M. Belair.

Laisser un commentaire