Rencontre avec des managers : Monsieur Yesman

Monsieur Yesman

Portrait d’un manager qui ne sait pas dire non, mais qui peut tirer son épingle du jeu, s’il est conscient de son défaut.

Il dit toujours oui, quels que soient le sujet, le lieu ou le moment. Une demande d’embauche, une après-midi libérée pour s’occuper de l’inscription du petit à la maternelle, un aménagement du temps de travail, une augmentation de salaire…, tout convient à Monsieur Yesman qui reste imperturbable et pas contrariant pour un sou. Ce qui, dans un premier temps, le rend très sympathique et populaire auprès de ses collaborateurs.

Incapable de dire non

Une popularité qui ne dure guère longtemps. Car très vite, ses collègues se rendent compte que de l’accord à l’action, il n’y a qu’un temps qui peut se révéler fort long, voire s’apparenter à une éternité.

C’est que Monsieur Yesman souffre d’une pathologie grave pour un manager : il ne sait pas dire non. Résultat, il se trouve régulièrement coincé entre le marteau et l’enclume. Lorsqu’il propose d’augmenter un des membres de son équipe à son supérieur hiérarchique et que ce dernier (qui, lui, a appris très jeune à dire non) refuse, notre pauvre Monsieur Yesman se retrouve dans une situation inextricable. Tellement inextricable qu’il tournera autour du pot avec des expressions telles que “c’est plus compliqué que prévu”, “pour l’instant, je ne peux rien te promettre mais je vais faire l’impossible”… Bref, Monsieur Yesman en devient vite exaspérant d’indécision et de volte-face.

Quand Monsieur Yesman devient le manager idéal

Pourtant, Monsieur Yesman a un bon côté : il ne bride pas les initiatives de ses collaborateurs. Au contraire, il les examine avec enthousiasme et bienveillance. Pour peu que vous ayez de bonnes idées, il vous mettra rapidement en avant, avec toute sa bonne volonté à votre service pour vous aider à mener à bien vos projets. Mais attention, ne vous attendez pas à ce qu’il vous alerte sur les risques éventuels de votre initiative !

Malgré son incapacité à dire non, rédhibitoire, Monsieur Yesman peut donc se révéler un excellent manager, pour peu qu’il soit conscient de son état. Il lui suffit alors de choisir comme adjoint… son exact opposé : un Monsieur ou une Madame NonNon, qui n’aime rien plus que rejeter toute demande, et à qui il délèguera tous les refus. Manière de conserver ses bons côtés et demeurer ce manager de proximité de rêve : sympathique, enthousiaste, ouvert, à l’écoute et éternellement… positif.

Laisser un commentaire