Parler en public : 7 conseils pour mieux se faire entendre

prise-de-parole-en-public

Difficile d’être un bon manager sans maîtriser un minimum l’art de parler en public, sous peine de voir les équipes se désintéresser de vos interventions. Comme tout art, celui de savoir s’exprimer devant une large audience relève d’une part de don, mais surtout de technique et de travail.

1          Préparez vos interventions

Contrairement aux idées reçues, les plus grands orateurs laissent très peu de place à l’improvisation. Au minimum, ils ont en tête le plan détaillé de leur intervention. Certains apprennent même leur discours par cœur, tout en donnant l’impression que les mots sortent très naturellement de leur bouche. Ce qui ne les empêche pas de modifier le texte suivant les réactions de la salle.

Le conseil vaut surtout pour ceux qui se sentent très à l’aise à l’oral et qui ont l’impression d’être de grands improvisateurs. Méfiance : l’improvisation ne… s’improvise pas. C’est une technique qu’il faut bien maîtriser, sous peine d’importantes déconvenues.

2          Prenez votre temps

Vous avez la parole : ce n’est pas à l’auditoire de vous dicter la durée de votre intervention. Prendre son temps, cela veut dire jouer avec sa vitesse d’élocution (parfois très rapide, parfois beaucoup plus lent) et surtout avec les silences (voir plus bas). Prendre son temps procure un grand confort : vous ne courez plus après votre pensée, qui se développe tranquillement avant que vous ne l’exprimiez.

3          Parlez en silences

Les moments de silence sont essentiels. Ils permettent d’une part de rythmer le discours, d’autre part, d’écouter la salle (voir plus bas). Ils donnent de l’épaisseur à votre intervention, tout en vous accordant une pause pour respirer pleinement. Ils sont même parfois lourds de sens et peuvent valoir bien des mots.

4          Joignez le geste à la parole

Croisez les bras, et vous vous fermez au public. Pointez-le du doigt et vous l’agressez. Au contraire, des mains ouvertes montrent que vous être prêts à l’accueillir. La gestuelle est tout aussi importante que les mots. Pour ceux qui se sentent mal à l’aise, choisissez la position la plus confortable pour vous et n’hésitez pas à occuper vos mains avec un objet, le micro ou un stylo par exemple. De même choisissez des vêtements dans lesquels vous vous sentez à l’aise.

5          Adressez-vous à chacun sans voir personne

Le grand orateur, c’est celui qui parvient à parler à une foule tout en donnant le sentiment de s’adresser à chacune des personnes qui la compose. Cela passe bien sûr par le texte qui doit frapper l’imaginaire de chacun, mais également en balayant du regard l’auditoire, sans regarder personne pour ne pas être déstabilisé, en fixant les fronts par exemple.

L’idéal est d’avoir dans l’assistance une personne de confiance sur laquelle vous pouvez vous appuyer en cas de doute ou d’inquiétude. Choisissez plutôt un profil rassurant !

6          Écoutez votre auditoire

Même silencieuse, une salle parle. Un raclement de gorge récurrent, un bâillement, un soupir, un silence pesant… il faut savoir écouter la salle pour éventuellement raccourcir son discours, le modifier, introduire un mot d’humour pour alléger l’atmosphère.

Souvent l’orateur se concentre exclusivement sur son message, sans se préoccuper de savoir si celui-ci passe auprès de l’auditoire. Être attentif aux réactions de son public est le plus sûr moyen de le captiver.

7          Faites la bulle autour de vous

Si vous êtes terrorisé à l’idée de vous exprimer devant plus de dix personnes, si vous avez un trac paralysant, voilà une technique qui peut vous sauver. Imaginez qu’une bulle transparente vous enveloppe. Vous voyez la salle, elle vous voit, vous lui parlez, elle vous écoute, mais plus rien ne peut vous atteindre. La bulle imaginaire vous protège contre toutes les malveillances, les ricanements, les sobriquets. Personne ne peut vous déstabiliser.

Laisser un commentaire