6 conseils pour s’engager dans une mobilité durable 

environnement-mobilité-responsable1.

Le transport est l’activité la plus consommatrice d’énergie et la plus émettrice de gaz à effet de serre. Les entreprises peuvent participer à l’effort collectif en favorisant la mobilité durable. Nos conseils.

1/Favoriser les modes de transports doux et collectifs

70% des actifs utilisent l’automobile pour se rendre à leur travail. À Strasbourg, la première ville française à avoir installé un réseau dédié au vélo, 16 % des actifs se déplacent à bicyclette.

La loi favorise ce type de déplacement. Depuis le 13 février 2016, les entreprises peuvent prendre en charge tout ou partie des frais engagés par leurs salariés qui se déplacent à vélo — avec ou sans assistance électrique — entre leur résidence et leur lieu de travail. Fixée à 0,25 € par kilomètre parcouru, l’IK (Indemnité kilométrique vélo) est exonérée de cotisations sociales dans la limite de 200 € par an et par salarié. Elle est cumulable avec la prise en charge des frais de transport en commun (abonnement de transport collectif ou de service public de location de vélo), lorsque le salarié utilise son vélo pour se rendre vers un arrêt de transport public ou une station de service public de location de vélo.

2/Encourager le covoiturage 

Le covoiturage permet de réduire le trafic, les problèmes de stationnement, la pollution et la consommation d’énergie. Il existe aujourd’hui des applications et des sites de covoiturage en entreprise, telles que : covoiturage pro, Roulez Malin!, Iddvroom, etc. D’autres applications sont spécialisées dans les trajets domicile/travail à l’image de karos ou de covoitnet.

3/Former à l’éco-conduite

Changer les rapports à bas régime, garder une vitesse stable, utiliser le régime moteur le plus haut possible, bien entretenir son véhicule, anticiper le trafic et les obstacles, notamment pour éviter les accélérations et les freinages brusques : ces cinq règles de base de l’éco-conduite permettent non seulement de réduire les impacts sur l’environnement, mais aussi de réaliser de substantielles économies. Des règles qu’il convient de diffuser auprès des collaborateurs, en commençant par les plus nomades.

4/Renouveler son parc automobile

Au moment de renouveler un véhicule, il peut être intéressant de penser à la traction électrique. Cette dernière bénéficie du soutien de l’État, avec de nombreuses mesures incitatives. Parmi elles, l’exonération de TVS (Taxe sur les véhicules de société) qui s’applique à tous les véhicules qui émettent moins de 50 g de CO2/km, donc également aux véhicules hybrides rechargeables.

Lire aussiAutomobiles d’entreprise : ce qui change en 2018

 5/S’inscrire dans un plan de déplacement inter-entreprises

Dans certaines zones d’activités, il existe des plans de déplacements inter-entreprises (PDIE) qui visent à réduire et optimiser les déplacements, tout en assurant sécurité et confort aux usagers. Ces plans permettent aussi de développer l’usage des transports collectifs et des modes de déplacements doux, aussi bien pour les salariés que pour les visiteurs.

6/Favoriser les communications à distance et le télétravail

Le plus sûr moyen de ne pas polluer en se déplaçant reste de… ne pas se déplacer ! Il existe aujourd’hui suffisamment d’outils de communication à distance pour participer à des réunions sans quitter le bureau. D’où l’intérêt de se poser systématiquement la question de l’utilité du déplacement. De même, le développement du télétravail permet de réduire l’empreinte carbone de l’entreprise, tout en n’oubliant pas que le digital a également un coût énergétique…

Lire aussi : Réduire son empreinte carbone dans son quotidien digital

Partagez dans votre réseau

Laisser un commentaire