Hypnose, confiance et motivation

hypnose-hypno-coaching-travail-qvt-santé-.

Apanage des spectacles de music-hall, l’hypnose a longtemps souffert d’une mauvaise perception. Assimilée à tort à la perte de contrôle, ce sont précisément les possibilités qu’elle offre en termes de connaissance de soi et de concentration qui intéressent aujourd’hui les RH.

Avant d’inventer la psychanalyse, Sigmund Freud utilisait l’hypnose pour soigner ses patients. Elle est aujourd’hui reconnue par la médecine comme une méthode thérapeutique à part entière, et certaines opérations chirurgicales se réalisent désormais sous hypnose (sans anesthésie). Plus récemment, elle a fait son apparition dans l’entreprise, avec une nouvelle discipline : l’hypno-coaching.

Qu’est-ce que l’hypnose ?

L’hypnose est un état modifié de la conscience, qui permet d’accéder à l’inconscient. Chacun a fait l’expérience de se rendre au travail en voiture et, à l’arrivée, ne plus se souvenir du trajet. Tout simplement parce que son esprit était absorbé par quelque chose qui l’a détourné de son état de conscience : c’est que l’on appelle la transe hypnotique. Autre exemple, la rêverie, qui peut s’emparer de nous en fixant une bougie ou un feu de cheminée.

Mais nous n’exploitons pas les vertus de ces transes, alors que cet état peut être déclenché et que l’on peut en tirer de grands bénéfices. Comme l’explique Florence Meuleau, hypnothérapeute, « une séance d’hypnose consiste, par la voix […], à mener la personne à la limite du sommeil, dans une sorte de rêve éveillé, pour lui permettre d’analyser une résistance, de mieux comprendre ses émotions, de positiver une situation, de calmer une douleur, etc. ». L’hypnose est ainsi une excellente méthode pour soigner les phobies, dont certaines peuvent être handicapantes à titre personnel, mais aussi professionnel : difficile de faire de l’exportation, par exemple, lorsqu’on ne supporte pas de prendre l’avion. L’hypnose est alors parfaitement indiquée pour remédier à ce type de difficulté.

Estime de soi et confiance

« L’un des principaux atouts de cette technique, reprend Florence Meuleau, est qu’il s’agit d’une thérapie courte — deux à trois séances suffisent […] pour arrêter de fumer, par exemple. Surtout, le patient peut apprendre à s’autohypnotiser. » La plupart des grands sportifs l’utilisent ainsi pour se concentrer. Un manager qui manque d’assurance prendra confiance en lui en quelques consultations. Au moment de négocier avec un client, avant une réunion qui s’annonce houleuse, pour préparer un entretien à fort enjeu, il se mettra en conditions grâce à l’autohypnose.

Le travail sur l’estime de soi et la confiance étant un moyen de renforcer le potentiel des collaborateurs, voire leur créativité, l’hypnose peut alors s’avérer déterminante pour certains individus : « Pour beaucoup, l’hypnose repose sur le lâcher-prise, c’est-à-dire la capacité à laisser s’exprimer ses émotions, à s’ouvrir à soi-même et notamment à son inconscient, explique Florence Meuleau. En ce sens, elle favorise toute forme de créativité. »

Lire aussi : Testez votre risque de burn-out

Prévenir les risques psychosociaux

L’hypnose est également utile pour gérer l’hostilité. « En permettant au manager de se concentrer sur lui-même et sur ses émotions, elle peut le conduire à mieux comprendre l’origine du conflit, l’interaction entre les différents protagonistes, les affects qui sont en jeu et son propre rôle dans l’apparition des tensions », reprend Florence Meuleau. Cette forme de prise de conscience facilite donc grandement les arbitrages et le choix de la posture à adopter pour résoudre les conflits.

Enfin, l’hypnose peut être utilisée pour prévenir les risques psychosociaux, à commencer par le stress. D’abord, parce que la technique en elle-même réduit la pression intérieure ; ensuite, parce qu’elle aide à comprendre dans quel contexte naît ce stress, ce qui le déclenche, comment il se développe, à quels événements passés il renvoie… Autant de clés qui permettent alors de l’endiguer.

Ce sont finalement les mêmes ressorts que ceux utilisés pour prévenir le burn-out : il s’agit de prendre conscience de son état de saturation, relier ce dernier à d’éventuels peurs ou traumatismes, pour mieux les contrôler et les dépasser.

Alors, est-il pertinent de faire intervenir un hypnothérapeute en entreprise ? « Bien sûr, répond Florence Meuleau. Il est même possible de réaliser des séances collectives. À une condition : tout le monde doit être volontaire. »

L’hypno-coaching a donc de beaux jours devant lui. Reste à trouver son hypno-coach car, si les médecins doivent passer un diplôme universitaire pour avoir le droit de recourir à l’hypnose, la profession d’hypnothérapeute, elle, n’est pas réglementée.

Lire aussi : Comment survivre dans la jungle des coachs ?

Partagez dans votre réseau

Laisser un commentaire