Musique au bureau : accordez vos violons !

musique-travail-ecouter

Avec internet et les plateformes de téléchargement, la musique est partout. Stockée sur votre smartphone, elle emplit vos tympans du soir au matin, jusque sur votre lieu de travail. Avec semble-t-il des effets très positifs sur votre productivité, à condition de bien choisir les morceaux, et de ne pas gêner vos voisins…

8 heures 30, heure de pointe dans les transports en commun. Casque sur les oreilles, la plupart des passagers sont absorbés dans l’écoute de leur playlist ou podcast favoris. Un bon moyen pour s’accorder un temps de détente avant d’entamer sa journée de travail. Mais le son ne s’arrête plus une fois arrivé au bureau. La musique elle aussi fait son entrée officielle dans le monde du travail.

La musique comme remède

S’il est vrai que l’intelligence collective se déploie mieux dans des bureaux ouverts… les bruits aussi. Entre celui des claviers, des échanges téléphoniques du voisin, des conversations entre collègues, de l’imprimante, des chaises qui grincent, des portes qui claquent… les nuisances sonores ne manquent pas, sources de déconcentration pour les plus sensibles. Quel meilleur remède que la musique pour y parer ?

La musique au travail n’est pas un phénomène nouveau. Dans son ouvrage Contrôle – Comment s’inventa l’art de la manipulation sonore, paru en 2017, la chercheuse Juliette Volcler rappelle en effet que les prisonniers chantaient pendant les travaux forcés, pour se donner du courage, comme en témoignent des enregistrements réalisés en 1948 par l’Américain Alan Lomax dans un pénitencier du Mississipi. Lors de la Révolution industrielle, les ateliers étaient de même dotés de haut-parleurs émettant une musique censée améliorer la cadence des ouvriers. Autre exemple cité par l’auteure, le programme radiophonique Music While You Work proposé en 1940 par la BBC, afin de soutenir l’effort de guerre dans les usines.

Mémorisation, réduction de la fatigue…

D’autres experts se sont penchés sur les effets de la musique, comme par exemple Hervé Platel, chercheur en neuropsychologie à l’Université de Caen (Normandie). Ce dernier estime que la musique a un effet stimulant lorsqu’on exécute une tâche répétitive ou monotone, notamment parce que le cerveau se synchronise avec elle. Il explique également que la musique, non seulement stimule, relaxe et calme la douleur, mais augmente également la la plasticité cérébrale.

Travailler en musique améliorerait ainsi la mémorisation et réduirait la fatigue. Un constat partagé par la chercheuse Teresa Lesiuk, de l’Université de Windsor : cette dernière a observé auprès d’ingénieurs en informatique que ceux qui écoutaient de la musique travaillaient plus vite et de manière plus créative, ce qu’elle met au crédit de l’effet déstressant de la musique. À condition toutefois d’écouter celle qu’on aime…

Lire aussi La musique pour renforcer la cohésion d’une équipe

Bien choisir ses morceaux

Linkedin et la plateforme musicale Spotify ont réalisé une étude en 2017 auprès des entreprises françaises. Elle confirme l’effet positif de la musique sur la productivité : 79 % des professionnels interrogés ont indiqué que la musique au travail améliorait leur productivité. 65 % considéraient par ailleurs qu’elle leur permettait d’être mieux concentrés, tandis que 42 % y voyaient un moyen d’être plus calmes. 26 % pointaient du doigt la nécessité de ne pas imposer de musique à ses collègues sans leur demander leur avis.

Cela pose d’ailleurs le problème du choix des morceaux. Car toutes n’auraient pas les mêmes effets positifs sur le travail. L’instrumental serait préférable, les paroles d’une chanson risquant de nous déconcentrer davantage. De même, il faudrait réserver les musiques énergiques aux moments où l’on a besoin d’être stimulé, mais en gardant à l’esprit qu’à la longue, elles pourraient s’avérer fatigantes.

Rien n’interdit l’écoute de musique au travail

À noter que sur le plan légal, rien n’interdit l’écoute de musique au travail, avec ou sans écouteurs. C’est à l’employeur de fixer les règles en la matière : mais s’il la proscrit, il faut que sa décision soit justifiée par les conditions spécifiques de l’activité, comme par exemple celle d’une plateforme d’appels.

Libre à chacun ensuite de chausser un casque s’il préfère écouter du rap plutôt que la playlist dite idéale, concoctée spécialement par Spotify ou Deezer pour égayer les bureaux.

Lire aussi Le podcast, un outil qui vous veut du bien

Les entreprises elles aussi en compris les bienfaits de la musique :
– A l’heure de la sieste, des salles dédiées au repos fleurissent peu à peu, le plus souvent au sein de start-up : au programme, matelas ou hamacs et lumière tamisée, sur fond de musique douce…
– L’OME (Organisation de la Musique en Entreprise) a créé le projet « un piano-une entreprise« , inspiré du concept « un piano-une gare ». Le principe : un piano mis à disposition des employés dans le hall ou la salle de repos.
Partagez dans votre réseau

Laisser un commentaire