Danser dans le noir, une idée lumineuse

Nous avons tous entendu parler de ces restaurants qui offrent de dîner dans le noir absolu, permettant de se livrer à une expérience décalée, et d’appréhender les quatre sens restant avec une acuité inédite. Mais saviez-vous que l’on peut aussi danser… les yeux bandés ? Une expérience de team-building inattendue et novatrice.

Ovide, exilé par l’empereur Auguste et loin des siens, confiait que « écrire sans être lu, c’est danser dans le noir ». On dirait bien que l’inverse n’est pas vrai ! La danse, sous toutes ses formes, a le vent en poupe en matière de team building. Et l’une de ses déclinaisons les plus inattendues est assurément d’accepter de fermer les yeux et de s’en remettre à son partenaire.

Dansez comme vous voulez

Pour faire danser vos collaborateurs, vous avez aujourd’hui l’embarras du choix. Il est désormais possible de se rendre à un morning party afin de swinguer de bon matin et se dynamiser tout en s’amusant avant de venir travailler ; organiser un flashmob pour se forger des souvenirs mythiques et renforcer la cohésion du groupe ; expérimenter les silent party, ces soirées où l’on danse avec un casque sur les oreilles, qui offre trois playlists, différentes mais savamment synchronisées pour rendre la fête possible.

Pour en mettre plein les yeux, vous pouvez aussi opter pour une glow party : parés de vêtements et accessoires blancs, ou fluo, et exposés à la lumière noire, les danseurs peuvent se livrer à des chorégraphies inattendues, pour un effet saisissant.

Aux antipodes de la glow party, certains préféreront voir la danse comme un voyage intérieur en fermant les yeux. Un voyage qui peut se faire à plusieurs.

Lire aussi  : Team building et digital detox, deux idées qui vont très bien ensemble

Dansez dans le noir

Au mois de janvier dernier, la danseuse mal-voyante Fabienne Haustant a de nouveau attiré l’attention sur le phénomène de la danse à l’aveugle. En plus d’une représentation à l’occasion de l’événement Beyond Seeing à La Villette, elle a ainsi initié le public parisien, au cours de six ateliers gratuits, à la danse les yeux bandés.

Son association, Danse les yeux fermés, propose depuis 2012 des cours de danse les yeux bandés. Le projet de départ était de connecter mal-voyants et voyants, et réconcilier les premiers avec la danse. Mais contre toute attente, ce furent des élèves voyants qui emplirent ses premiers cours.

Vidéo. L’association Danse les yeux fermés proposent plusieurs activités pour danser dans le noir.


On se représente facilement les difficultés de l’exercice, et son potentiel en termes de team building : lâcher-prise et désinhibition, confiance en son partenaire, concentration et plaisir à la fois. Car danser les yeux fermés permet de se focaliser sur le rythme de la musique, et sur le plaisir éprouvé à bouger.

« Apprenez à apprivoiser l’espace qui vous entoure, prenez confiance en vous et dans les autres, et laissez libre cours à votre corps… » peut-on lire sur le site de Team-Tonic, qui propose aux entreprises toutes sortes de séances de danse à l’aveugle : rock, valse, salsa mais aussi hip hop ou country.

Comment danser à l’aveugle sans se télescoper, vous demanderez-vous certainement… Chez Team-Tonic, l’on apprend d’abord les grandes lignes de la chorégraphie les yeux ouverts, puis la moitié des danseurs se bande les yeux, s’en remettant à son partenaire. Et l’on inverse les rôles.

A vous de découvrir une pratique propre à enrichir l’expérience tant individuelle que collective !

 Voir aussi : Paris dans le noir

Par Laetitia Cognie

Partagez dans votre réseau

Laisser un commentaire