5 résolutions pour réussir sa rentrée

Si la rentrée est synonyme d’angoisse et de stress pour certains, elle est aussi l’occasion parfaite pour prendre un nouvel élan. Et si, pour repartir du bon pied, vous preniez des résolutions qui vous feront avancer avec optimisme et confiance en vous ? On vous guide !

Pourquoi se fixer des bonnes résolutions alors que nous avons 60% de chance de ne pas les tenir ? Parce que la démarche permet de se (re)donner confiance, mais aussi, de « se conforter à notre paresse », à « nos idéaux », explique Christophe André, psychiatre et philosophe auprès de France Culture. Alors… pourquoi s’en priver ? « L’évitement des résolutions est souvent une histoire d’estime de soi défaillante, où l’on masque ses doutes derrière la condescendance envers celles et ceux qui font des efforts pour « bien se conduire » », rapporte le spécialiste. Et pour surmonter cette peur de l’échec, il est avant tout essentiel de rester motivé… et réaliste : inutile d’organiser des expériences team-building tous les mois si vous n’avez pas le budget… ni l’envie.

Voici cinq résolutions pour encourager la bienveillance dans vos méthodes managériales.

Les cinq résolutions incontournables

Avec l’amélioration des technologies, la connexion permanente, notre rapport au temps a évolué : culte de l’immédiateté, hyperconnectivité, hyperactivité, etc. Nous serions de moins en moins patients et de plus en plus exigeants envers le temps… et nous-même ! « Nos sociétés ont créé des individus à flux tendus », explique Nicole Aubert, psychologue et sociologue.

Si le fast management accroît notre productivité, les super-managers, pourtant, peuvent se perdre, et il est nécessaire de veiller à un slow management. C’est-à-dire, prendre garde à libérer du temps pour porter davantage attention aux relations humaines, à nos collaborateurs.

Lire aussi : Slow is beautiful

  • Équilibrer sa vie pro et sa vie perso

Là encore, la connectivité est montrée du doigt : « L’équilibre des temps de vie est un enjeu majeur dans une société où l’hyperconnectivité et le digital réduisent de plus en plus la frontière entre temps personnel et temps professionnel », explique Jérôme Ballarin, président de l’Observatoire de l’Équilibre des Temps et de la Parentalité en Entreprise (OPE). En effet, d’après l’Observatoire, 93% des salariés interrogés considèrent que l’équilibre des temps consacrés à la vie professionnelle et à la vie personnelle est un sujet important, voire très important et 71% affirment « manquer de temps » au quotidien. Autre chiffre éloquent : 64% des salariés interrogés estiment que leur employeur « ne fait pas beaucoup de choses » pour les aider à équilibrer leurs différents temps de vie. Alors pourquoi ne pas prendre le contrepied ? Et inciter vos collaborateurs à trouver un équilibre ?

  • S’inspirer des feel good managers

Il est un métier qui est en vogue, né dans la Sillicon Valley : le feel good manager ou Chief happyness officer (CHO). Partant du postulat que pour être heureux, il faut vivre en harmonie avec son équipe, il appartient au CHO d’organiser des activités ludiques de groupe : team building, ateliers de créativité, concours internes, voire des activités externes, etc. Sans se transformer en M. Bonheur, cultiver un esprit de bienveillance au quotidien, proposer des activités collectives, offre l’occasion de tisser des liens autres que strictement professionnels ? Les collaborateurs ne sont bien entendu pas tenus d’y prendre part : pas de contrainte, du plaisir avant tout.

  • Prendre le temps de déjeuner

Si cette résolution peut paraître futile, il n’en n’est rien : prendre le temps de déjeuner est une initiative qui contraint à prendre soin de soi, et donc, indirectement, de vos collaborateurs. Non seulement le déjeuner assure un regain d’énergie pour aborder la seconde partie d’une journée de travail en pleine forme, mais il incite à mettre son cerveau en veille. Un exemple que tout le monde suivra avec plaisir.

Une alternative originale peut être une séance de déjeuner “en pleine conscience”. Un instant qui permettra d’éclairer chacun sur l’intérêt de l’alimentation (sensitif, nutritif, etc.) et du temps à y accorder.

Le self management s’inspire d’un mode de direction autonome des collaborateurs : chaque membre de l’équipe est individuellement responsable de l’organisation de sa propre mission. Il a toute latitude sur les fonctions habituellement confiées au management : stratégie, planification, recrutement nécessaire, direction, coordination, contrôle et corrections de cap. Une méthode qui donnera quelques leçons à ceux qui éprouvent des difficultés à déléguer.

Avec cette méthode, vous aurez de grandes chances de faire des heureux, puisque les individus sont généralement plus épanouis quand ils contrôlent leur vie (et leur travail), et détiennent leurs propres responsabilités. Alors, prêts à lâcher les rênes ?

Lire aussiPratique. Le nouveau guide de la parentalité en entreprise 

Partagez dans votre réseau

Laisser un commentaire