Ceux qui se changent au travail

se-changer-au-travail

Deux catégories de personnes changent de tenue au travail : celles dont la profession l’impose et qui doivent porter un vêtement réglementaire, et celles qui se changent pour des raisons d’ordre personnel. Si les premières bénéficient de vestiaires et d’une plage horaire contractuelle pour se changer, les secondes doivent faire preuve d’organisation et d’ingéniosité.

Les vêtements et le travail

« Dites-moi quels vêtements vous portez, et je vous dirai quel est votre métier. » Hôtes et hôtesses d’accueil, artisans, secouristes… : les vêtements de travail ont différentes fonctions :

  • protection du salarié avec les équipements individuels de protection (ou EPI dans le bâtiment),
  • identification de la fonction exercée (par exemple dans le corps médical ou dans l’armée),
  • hygiène,
  • affirmation de la culture d’entreprise…

Quelle que soit sa tenue ou son style, se sentir bien dans ses vêtements constitue un prérequis indispensable pour une journée productive : l’aisance et la confiance en soi qui découlent d’une tenue appropriée permettent en effet de ne plus y penser, et se resté centré sur l’essentiel.

Qui se change au bureau ?

Dans la famille « je change de tenue en arrivant», nous trouvons celles qui ont le sens pratique, comme les working girls new-yorkaises, qui font le trajet en baskets et enfilent leurs escarpins en bas de la tour. Ou le sens du confort, comme ces Finlandais qui laissent une paire de chaussures tièdes et sèches au travail et n’ont plus qu’à ôter leurs après-ski arrivant le matin. Sans oublier ceux qui en profitent pour travailler en… chaussons !

Et puis il y a ceux qui se changent parce ils ont le sens de l’hygiène, qu’ils font des trajets longs ou pénibles (notamment par temps de canicule où l’on arrive en piètre état au bureau)… et bien sûr, celles et ceux qui viennent en vélo, en rollers… voire en courant.

Dans la famille « je me change dans la journée » : nous trouverons ces sportifs qui s’accordent une pause dynamisante (selon une enquête Harris Interactive d’octobre 2017, 58% des Français affirment pratiquer un sport au moins une fois par semaine, mais ils ne sont que  9% à en faire sur leur lieu de travail) ou, plus rares, ceux qui cumulent deux emplois et dont l’un d’entre eux requiert une tenue différente.

Encourager une dynamique de la forme

L’étude réalisée en mars 2017 pour Decathlon pro révèle que 78% des personnes interrogéespratiqueraient une activité sportive si les conditions étaient réunies au sein de leur entreprise (installations sanitaires, temps, lieu à proximité où pratiquer l’activité en question). Un chiffre qui permet de mesurer la détermination dont font preuve ceux qui font effectivement du sport en l’état actuel, à savoir, sans que l’employeur soit tenu de fournir douches et vestiaires.

Or ces collaborateurs prêts à se changer au bureau font montre de qualités appréciables en entreprise : organisation et anticipation, motivation et goût de l’effort, régularité et discipline. Sans oublier que ces profils seront bien souvent en capacité d’emmener les autres dans leur sillage.

À l’heure aussi où les modes de déplacements alternatifs, dont le vélo, sont encouragés, de plus en plus d’entreprises investissent dans des douches. Pourquoi ne pas en faire autant et pouvoir déclarer que « chez vous, on peut se changer au bureau » ?

Guide du sport en entreprise

Pour aller plus loin, téléchargez le guide du sport au travail :

Veuillez renseigner vos informations ci-dessous afin de télécharger ce document.

Partagez dans votre réseau

Laisser un commentaire