Salaires en hausse aussi pour les non-cadres

salaires-non-cadres-2018

Les salaires des non-cadres ont augmenté en 2018 davantage en moyenne que le SMIC. Le signe d’une reprise économique, mais aussi de la difficulté à recruter.

Pour la première fois depuis 2014, la revalorisation des salaires des non-cadres est plus importante que celle du Smic, alors qu’elle y était strictement corrélée jusqu’à présent. C’est une bonne nouvelle pour les salariés non cadres. Ils bénéficient de la bonne santé de l’économie en 2017, mais également d’un regain de dynamisme de l’industrie et du BTP. « Face à la pénurie de talents, les entreprises n’ont d’autre choix que de proposer des rémunérations plus attractives pour attirer ou conserver les collaborateurs non cadres dont elles ont besoin. » Tel est le principal enseignement que tire François Béharel, président du groupe Randstad France, de son 10èmebaromètre des salaires des non-cadres*.

Une grande disparité en fonction des statuts

Le salaire moyen atteint 1 607 euros bruts mensuels, en progression de 1,8 % par rapport à l’année dernière, contre 1,2 % pour le SMIC. Cependant, le salaire médian s’établit à 1536 euros, ce qui montre que le Smic pèse encore beaucoup sur le niveau de rémunération de cette catégorie de salariés.

D’une manière générale, la moyenne traduit mal une grande disparité en fonction des statuts. Les professions intermédiaires, qui ont les salaires les plus élevés, bénéficient de la plus forte hausse (le double de la hausse moyenne). De leurs côtés les ouvriers non qualifiés, les moins bien rémunérés, enregistrent la 2èmeplus forte hausse (+ 1,9 %). Les moins bien lotis sont les employés (+ 1,4 %).

L’industrie, la locomotive

Au palmarès des plus fortes croissances, l’attaché commercial arrive en tête (+6,8 %) devant le technicien de maintenance chauffage, climatisation, froid (+ 5,8 %) à égalité avec le technicien de laboratoire chimie biochimie.

Comme en 2017, c’est l’industrie qui s’affirme comme la locomotive de la croissance des salaires, avec une hausse moyenne de 2,2 %, devant le BTP (+ 1,5 %) et les services (+ 1,4 %). Avec un salaire moyen de 1 696 euros mensuel, le BTP reste le secteur qui paye le mieux, difficultés à recruter obligent.

Ile-de-France, la région où il fait le moins bon vivre

Enfin mieux vaut travailler en Auvergne/Rhône-Alpes (+ 3 %) qu’en Bretagne (+ 0,5 %) lorsque l’on est non-cadre. Curieusement l’Ile-de-France arrive en 7èmeplace (+ 0,8 %). Conjuguée au coût de la vie élevé (notamment du logement), cette faible hausse fait sans doute de l’Ile-de-France, la région où il fait le moins bon vivre pour les non-cadres.

*Le baromètre est fondé sur l’analyse de 1,4 million de fiches de paie représentant 124 métiers relevant des statuts ouvriers non qualifiés, employés, ouvriers qualifiés et professions intermédiaires.

Partagez dans votre réseau

Laisser un commentaire