Grandes entreprises : les femmes (toujours) aux portes du pouvoir

women forum 2018

Du 14 au 16 novembre se tient à Paris le congrès du Women’s forum, le « Davos des femmes ». L’occasion de se questionner sur la représentativité des femmes dans les boards des grandes entreprises.

Les décideuses et influenceuses internationales du Women’s forum for the Economy and Society se sont fixées pour ambition de renforcer la mixité homme-femme dans tous les organes de pouvoir de la société. Et notamment d’atteindre la parité dans les échelons importants des entreprises, car si la présence des femmes se multiplie dans les conseils d’administration, les CODIR et COMEX leurs demeurent encore peu accessibles.

Ainsi, sur l’ensemble des groupes du CAC40 ou du SBF 120, les conseils d’administration et de surveillance comptent un peu plus de 42% de femmes. 100% des PDG sont des hommes. Un quart des sociétés du SBF120 n’ont aucune femme au COMEX, et on y totalise seulement 9 femmes dirigeantes (3 présidentes de conseil, 6 directrices générales)[1].

La France, championne de la féminisation des conseils d’administration

En France, la loi Copé-Zimmermann impose, depuis 2017, un quota de 40% de femmes dans les CA des entreprises d’au moins 500 salariés qui réalisent un chiffre d’affaire (ou un total bilan) supérieur à 50 millions d’euros. Dès 2020, cette obligation sera étendue aux sociétés d’au moins 250 salariés. La menace du gel des jetons de présence a apparemment fait  son effet ! Reste que les CODIR et COMEX du SBF120, non soumis à contrainte légale, ne comptent que 15,3% de femmes (14,7% dans le CAC40)

Le Women’s Forum mettra à l’honneur le parcours de ces femmes qui ont percé le plafond de verre. Objectifs : en tirer des enseignements positifs, identifier les freins qui empêchent les femmes d’accéder aux fonctions suprêmes, mais aussi démontrer comment la féminisation a un impact tangible sur la performance et la croissance de l’entreprise.

La digitalisation, une opportunité pour changer la donne ?

L’étude Global Female leaders Outlook s’est penchée sur la perception des femmes dirigeantes quant à la transformation et la croissance numériques de leur entreprise : bien plus que les hommes, elles sont 82% prêtes à s’y investir pour ne pas manquer le virage digital, 76% envisagent de collaborer avec des start up innovantes pour atteindre leurs objectifs de croissance et elles sont déjà 15 % à considérer l’accès aux données prédictives comme un atout pour réussir leur carrière.

On dirait bien que les femmes dirigeantes ont davantage confiance que les hommes dans l’avenir : 95% d’entre elles se déclarent optimistes quant à l’avenir de leur entreprise ! Décidément, la femme est l’avenir de l’homme !

 

[1]Femmes au COMEX, la vérité des chiffres (Les Echos Exécutives 05/11/2018)

Partagez dans votre réseau

Laisser un commentaire