Au plus près de l’expérience candidat

experience-candidats-6-regles-a-suivre

L’expérience candidat devient un enjeu majeur des recruteurs. Comment donner une image séduisante de son entreprise en proposant aux candidats un parcours exemplaire ? Les moyens ne manquent pas, même si la relation humaine reste l’élément moteur.

Et si les candidats qui postulent dans votre entreprise étaient vos meilleurs ambassadeurs ? Et si la façon dont vous les recrutez comptait dans leur décision ? Une étude de Robert Walters menée auprès de 2 300 postulants répond en partie à ces deux questions : 92 % des personnes interrogées parleraient de leur mauvaise expérience en entretien à leur entourage, et 78 % déclineraient l’offre qui leur serait faite. Une autre étude, de CareerBuilder cette fois, montre que 52 % des candidats sont moins enclins à acheter les produits ou services d’une entreprise pour laquelle ils ont postulé s’ils ne reçoivent pas de réponse, ou en cas de mauvaise expérience lors de l’entretien.

Proposer un parcours exemplaire, construire une expérience positive qui donne et laisse une image séduisante de la société et de ses collaborateurs – quelle que soit la décision finale, voilà l’objectif, tant il est vrai que le processus de recrutement en dit long sur le fonctionnement de l’entreprise, sa culture et ses valeurs.

Penser stratégie avant de penser moyens

69 % des entreprises interrogées par Textkernel considèraient l’expérience candidat comme un sujet crucial de l’année 2018, mais 92 % n’ont fait aucun retour sur ce point ! En clair, les entreprises perçoivent bien l’importance du sujet, sans forcément savoir comment le mettre en œuvre. Dommage, alors qu’elles n’ont jamais disposé d’autant de moyens pour attirer notamment les générations YZ en les entraînant sur leurs terrains de jeu numérique (voir encadré). Réseaux sociaux, réalité virtuelle, serious games, les recruteurs n’ont que l’embarras du choix. Le principal risque réside justement dans cette profusion de possibilités. Avant de penser moyens, il faut penser stratégie : l’ensemble doit être agencé pour faire parcourir au candidat un chemin cohérent, séduisant et attractif.

Les six fondamentaux d’une expérience candidat réussie

La stratégie repose sur six fondamentaux d’une expérience candidat réussie.

  1. Offrir un parcours simple. L’objectif, c’est bien de simplifier le parcours du candidat en limitant les obstacles au dépôt et à l’examen des dossiers. Pensez mobile ! Selon l’enquête annuelled’HelloWork auprès de 2 640 actifs et 314 recruteurs, 54 % des actifs ont postulé depuis le smartphone en 2018.
  2. Proposer une offre attractive. L’intitulé du poste, ses missions, sa localisation, les compétences requises, la rémunération, la rédaction de l’offre d’emploi est fondamentale. La forme compte : toujours selon l’enquête Hello Work, 59 % des candidats estiment que les annonces augmentées, avec photos et vidéos des collaborateurs, jouent un rôle important ou modéré dans leur choix de postuler. Seuls 34 % des recruteurs proposent aujourd’hui ce type d’annonce.
  3. Garantir un processus transparent. Selon l’enquête Focus RH, « A compétence égale » menée auprès de 500 personnes en recherche d’emploi, 73 % d’entre elles ont un a priori positif sur les entreprises qui précisent une date de prise de décision. Il est indispensable d’exposer clairement le processus, ses étapes, les critères de sélection, le planning, etc.
  4. Préparer les entretiens. Cela peut paraître une évidence. Et pourtant, combien de recruteurs semblent découvrir le CV de leur interlocuteur au moment de l’entretien ? Effet négatif garanti.
  5. Motiver ses réponses. Sur ce point, on est encore loin du compte. Selon l’enquête Hello Work 62 % des candidats estiment que les recruteurs répondent rarement ou jamais à leurs candidatures lorsqu’elles ne sont pas retenus. Ce que contestent les recruteurs puisqu’ils ne sont que 13 % à reconnaître qu’ils répondent rarement ou jamais. Comment expliquer ce paradoxe ? Certainement par le moyen utilisé : 48 % des recruteurs répondent de manière automatisée, donc impersonnelle, ce qui revient à une non-réponse pour le candidat.
  6. Intégrer le candidat. L’on-boarding (l’embarquement) du candidat retenu, son accueil le premier jour constitue l’ultime étape de l’expérience candidat. Un accueil chaleureux laissera des traces positives – un accueil raté peut entraîner un rebond rapide vers une autre opportunité…

L’humain reste au cœur du processus

À chaque étape, quels que soient les moyens mis en œuvre, numériques ou non, pas question d’oublier que la relation humaine demeure au cœur de l’expérience candidat. Un bon contact vaut mieux que toutes les expériences de réalité virtuelle. L’enquête de Robert Walters montre ainsi que 54 % des candidats jugent la personnalité des recruteurs comme un facteur déterminant de l’opinion qu’ils se font de l’entreprise. L’empathie et la bienveillance restent les vertus cardinales à cultiver !

Les nouveaux outils

  • Les job boards et réseaux sociaux. Facebook et LindedIn, ces deux incontournables des réseaux sociaux peuvent s’accompagner d’applications professionnelles pour des recrutements plus spécialisés (Jobr, Shapr, LikeLunch, etc.).
  • Les annonces augmentées. Photos et vidéos permettent de présenter l’entreprise et ses collaborateurs. L’entreprise peut se créer une chaîne Youtube. La réalité augmentée permet d’offrir un voyage virtuel dans l’entreprise, jusque dans ses filiales les plus reculées.
  • Les ATS. Les Application Tracking Systems, tels que Flatchr ((https://flatchr.io)), permettent d’automatiser de nombreuses tâches (multiposting sur les différents sites d’emploi (Monster, Keljob, Meteojob, etc.), tri des CV, suivis des candidatures…, pour mieux se concentrer sur les relations directes avec les candidats.
  • Les serious games. Ces moyens ludiques de recrutement permettent à la fois de rendre le processus séduisant, tout en testant les compétences du candidat.
  • Les algorithmes. Easyrecrue ou Hirevue permettent d’analyser les comportements et les mots des candidats, pour effectuer un premier tri.
  • Les chatbots. Ils peuvent favoriser la communication et les échanges avec les candidats. Ils sont encore peu utilisés dans le domaine du recrutement.

Laisser un commentaire