Les nouveaux formats de formation

formats-de-formation-modernes

Formation rime bien avec innovation : si les formats traditionnels perdurent, les outils digitaux ouvrent la voie à de nouveaux avantages. Ces nouveaux formats ont en commun l’objectif de développer l’implication des collaborateurs en les rendant acteurs de leur formation, et donc de leur vie professionnelle. Attention, dans cette revue de l’offre, anglicismes et novlangue inside ! 

Les outils numériques répondent aux attentes des collaborateurs parfois lassés des formats traditionnels de formation. Par rapport au présentiel, ils réduisent les contraintes logistiques, s’insèrent avec souplesse dans les agendas, pour des prix souvent plus abordables – selon les formats et la complexité du dispositif. Autant de bons points qui se déclinent dans toutes les dimensions.

e-learning

La formation à distance permet d’amener en un temps réduit un large public à un même niveau de connaissances, pour un coût raisonnable. Elle impose l’utilisation des outils nécessaires à l’accès aux modules d’apprentissage en ligne, via des plateformes de Learning Management System (LMS). On peut s’appuyer sur l’intranet de l’entreprise, l’accès à Internet ou encore l’animation viavisioconférences. Et si chacun demeure autonome face au programme de e-learning, celui-ci permet un suivi individuel du collaborateur. On peut citer l’offre e-learning du groupe Demos.

Micro-learning

Ici, on découpe la formation à distance en modules très courts de 5 minutes maximum. Un format parfait pour répondre au manque de temps, ou à la faible capacité d’attention des plus jeunes générations, qui supportent mal les formats statiques et la passivité qu’ils engendrent. La brièveté des séquences de micro-learning génère un condensé d’information sur un sujet, et maximise son impact et sa mémorisation. On le trouve aussi sous les déclinaisons speed learninget nanotraining.

Intelligent adaptive learning

L’intelligence artificielle au service des formations ? On peut le faire : s’appuyant sur l’analyse des datas, le tutoriel s’adapte à chaque individu et se personnalise au fur et à mesure, selon le niveau de compétences, le rythme d’apprentissage et les attentes individuelles. Les algorithmes proposent un parcours personnalisé, et peuvent réorienter au cours de la formation, selon les capacités du stagiaire. Résultat : des progrès plus rapides.

Social learning

On mise ici sur l’apprentissage par l’activité collaborative, en s’appuyant par exemple sur les réseaux sociaux d’entreprise. L’idée du social learning est de susciter les échanges et l’entraide entre les différents apprenants. Une manière de regrouper virtuellement des individus éloignés mais partageant des problématiques similaires, de les mettre en contact pour résoudre des problèmes, etc. Objectif : circulation des bonnes pratiques et partage des connaissances. Le social learning permet à chacun de progresser, mais aussi de valoriser ses propres connaissances. Généralement, la communauté échange des questions et réponses régulées par un animateur-formateur. Une méthode qui s’avère très engageante, et efficace à moindre coût.

Mobile learning

Il s’agit de s’appuyer sur les outils mobiles, smartphones notamment, pour accéder aux modules de formation. Une manière de répondre à la demande de flexibilité des collaborateurs : la possibilité de se former quand et quand on est disponible. L’auto-gestion est totale.

Réalité augmentée

La réalité virtuelle ou augmentée, vise l’immersion totale du collaborateur dans un monde au plus proche du réel, pour le confronter à des situations qu’il pourrait rencontrer dans son quotidien. C’est un moyen efficace d’analyser réactions et comportements, d’apprendre à corriger les erreurs et de prévenir l’installation des mauvaises habitudes. Ludique et concrète, la réalité virtuelle est parfaite pour former à un métier.

MOOCs, SPOC, COOC : les salles de classe virtuelles

Les Massive open online courses (Mooc) peuvent s’effectuer sur une durée courte (de 1 à 6 mois, à raison de 3 à 4 heures par semaine), sont accessibles par Internet partout, par tous et à tout moment. Ils se déclinent en Small private online courses (Spoc), Corporate open online courses (Cooc) et autres Crowd learning ou Training room, autant d’exemples de nouveaux formats de formation visant à former mieux et moins cher. La différence entre ces formats tient au niveau de personnalisation aux enjeux de l’entreprise

Branching scenarios

Les challenges s’appuyant sur le « branching scenario », scenario de branche, imposent au participant de faire des choix comme sur un chemin en forêt. On s’applique à peser une décision, à aborder les conséquences d’un choix, et à analyser les erreurs.

Les ressorts du branching scenario sont à la base des serious games, ces jeux de simulation vraisemblable. Les situations sont plausibles, les problèmes à résoudre pourraient se poser dans la vraie vie. La qualité de réalisation est primordiale pour embarquer la cible, potentiellement habituée à la qualité des jeux vidéo.

On mentionnera le « E-learning dont vous êtes le héros » proposé par Elegia, modules de formation par l’immersion et le storytelling, autour de la thématique de la lutte anti-corruption par exemple.

Blended learning

Beaucoup d’entreprises misent sur des formules mêlant outils digitaux et moments de partage et d’échanges non virtuels : c’est le blended learning. Les séminaires présentiels redeviennent des moments forts, et contribuent à prolonger le « social learning », comme autant de temps d’inspiration et de respiration.

L’objectif n’est pas d’empiler les outils les uns sur les autres pour utiliser tous les formats, mais de tirer parti intelligemment des avantages pédagogiques de chacun d’entre eux, pour construire un parcours d’apprentissage adapté à la cible, à l’objectif, et au budget.

C’est la solution qu’a adoptée Sanofipour accompagner les changements de ces dernières années, apparemment avec succès.

Jeu, émotion, compétition

Les nouveaux formats de formation cherchent à générer émotion et stimulation sensorielle afin d’offrir une expérience proche de la réalité. La mise en situation stimule l’intérêt du collaborateur tout en le formant, sur le principe de l’apprentissage ludique. La formation devient addictive et motivante, et stimule la mémoire. Le stagiaire est challengé par un système de points et de bonus, il peut aussi se mesurer à ses pairs, en dehors du référentiel classique.

Autant d’innovations qui enrichissent le métier de formateur, l’expérience du collaborateur, et l’activité des départements formation.

 

Pour aller plus loin :
En infographie : les clés d’une formation dynamisée par ChateauForm’
Livre Blanc Le Book de l’Innovation, par l’organisme de formations Cegos
Comment choisir dans une offre aussi pléthorique ? Des plateformes d’aide au choix et à la gestion des formations, comme Skillup, sont déjà à la disposition des décisionnaires.

Laisser un commentaire