Le commercial sans pitié

commercial-sans-pitie

Suite de notre galerie de portraits : aujourd’hui retrouvez le commercial sans pitié – un  élément à surveiller de près !

Sa stratégie ? La terre brûlée. Ses limites : aucune. Son plaisir : les conflits. Le commercial sans pitié est prêt à tout pour vendre – y compris à des promesses dont il sait pertinemment qu’elles ne seront pas tenues…

Prêt à tout pour signer

Le sans pitié ne se fait pas que des amis, c’est le moins que l’on puisse dire. Dans son entreprise en particulier, lorsqu’il revient avec la commande d’un mouton à cinq pattes, parfois impossible à honorer tellement il a promis la lune. Le sans pitié est capable de faire perdre son sang-froid au directeur de production tout juste rentré de congés. Il fait pleurer l’assistance commerciale, qui ne comprend rien au dossier qu’il a rendu. Il désespère son manager… qui devra bientôt s’excuser auprès du client pour lui expliquer que sa commande ne pourra être honorée, car elle dépasse les capacités de l’entreprise. Et il aurait tendance à décourager les stagiaires encore emplis d’idéaux…

Une bombe à retardement

Chez le client aussi, le sans pitié peut faire des ravages. Les mines qu’il abandonne derrière lui n’explosent qu’après son passage. Il est en effet suffisamment habile pour gagner la confiance de ses interlocuteurs, les manœuvrer, leur servir le discours qu’ils attendent, en les abreuvant d’arguments pour les empêcher de réfléchir. Les soucis commencent ensuite. A force de déceptions, c’est tout un secteur économique qui peut prendre en grippe son entreprise par sa faute !

Exécuteur des basses œuvres ?

Mais s’il peut occasionner tant de dégâts, pourquoi le garder ? Du reste, comment a t-il fait pour être embauché ? C’est que le sans pitié rend parfois bien service. Ainsi, il est réputé pour ses capacités à tondre un client au plus vite – et à capter son budget au détriment de la concurrence. Comme tout prédateur; il attaquera partout où il sentira une faiblesse. Un concurrent qui connait des difficultés conjoncturelles sera présenté comme une entreprise en faillite ; une solution encore en test (ou en bêtatest) sera décrite comme éprouvée avec succès.

On l’aura compris : malgré ses fâcheuses habitudes et s’il est employé à bon escient, le sans pitié peut avoir sa place dans une équipe commerciale. À la condition impérative de le surveiller comme le lait sur le feu !

Laisser un commentaire