Aller au travail en trottinette, bientôt la routine ?

aller au bureau en trottinette

On comptait beaucoup sur le vélo pour développer de nouvelles mobilités ? Le boom de la trottinette a pris tout le monde de court ! Elles sont partout en ville, et font également leur apparition dans les entreprises.  

Quel citadin n’a pas manqué ces derniers mois de buter sur une trottinette échouée sur le trottoir ? Après les vélos électriques en libre-service, voici qu’à leur tour ces engins, autrefois réservés aux enfants, ont envahi la capitale et des grandes villes comme Bordeaux ou Lyon. Mais l’engouement des citadins pour la trottinette, notamment électrique, est tel qu’ils ne se contentent pas d’en emprunter une de temps en temps : selon une étude publiée en avril dernier par la Fédération des professionnels de la micro-mobilité (FP2M), pas moins de 232 749 exemplaires ont été vendues en 2018, soit une progression de +129 % !

Les raisons du succès

Phénomène de mode ou mouvement de société ? De fait, ce type de deux-roues constitue un moyen de locomotion pratique en donnant plus de liberté de mouvement aux utilisateurs grâce à la facilité de leur usage multimodal. Bien plus facile à loger qu’une bicyclette dans un wagon de RER ou dans un coffre, la trottinette ouvre de nouvelles options de mobilité. Elles ne nécessitent pas d’équipement particulier, au moins pour l’instant, et prennent peu de place une fois parvenues à destination.

Dernière raison du rapide succès récent de la trottinette électrique : la baisse de son prix, passé d’après la même étude de 767 euros en 2016 à 477 euros en 2018. Résultat : ce deux-roues originellement ludique a glissé du loisir vers l’utile : la trottinette est devenue un mode de déplacement urbain à part entière, notamment pour se rendre sur son lieu de travail.

Des flottes de trottinettes électriques en entreprise !

Consciente de cette évolution une start-up parisienne, Mobistreet, propose désormais aux entreprises des trottinettes en location longue durée, ainsi que des services à la carte : fourniture de matériel de signalisation, installation de bornes de recharge, et d’une armoire de rangement connectée, maintenance des engins, assurance adaptée… Ces trottinettes peuvent servir aux trajets entre le domicile et le lieu de travail, mais aussi aux déplacements professionnels des collaborateurs, lorsqu’ils doivent se rendre à un rendez-vous ou sur le site d’une filiale. Les salariés qui souhaitent en profiter peuvent les réserver via une application mobile. La mise à disposition de ces trottinettes « de service » par l’entreprise constitue ainsi un avantage nouveau – et un point de différence.

Un code de la route revisité à la rentrée

L’utilisation de la trottinette va être bientôt plus encadrée. Rançon du succès, l’arrivée en masse de l’engin en libre-service et sans station (free-floating) dans les rues et sur les trottoirs a créé un certain désordre dans l’espace public, quand elle n’a pas causé des accidents. Afin de remédier à cette situation, un décret devrait être adopté d’ici septembre 2019.

Dans un souci de protection des piétons, le futur texte devrait interdire aux trottinettes électriques de circuler sur les trottoirs, sous peine d’une amende de 135 euros (la règle s’applique d’ores et déjà dans la capitale). Autre mesure à venir, leur vitesse pourrait être limitée à 25 km/h.  Plus question non plus de transporter avec soi un passager, ni de porter des écouteurs. Quant au casque, il ne serait imposé qu’aux enfants de moins de 12 ans. Au-delà de cet âge, il restera de la responsabilité de chacun de choisir d’en porter un ou non.

 

Laisser un commentaire