Jardiner au bureau : Ciel, mon radis !

jardiner-au-bureau

Jardiner au bureau ? C’est désormais possible grâce à Charles et Romain, les co-fondateurs de Ciel Mon Radis, une start-up qui a fait du potager dans les bureaux une réalité. Un concept original qui fait grandir le lien social entre collègues.

La « green attitude » progresse en entreprise. Certaines installent des ruches sur leurs toits, d’autres cultivent des jardins pour favoriser le bien-être de leurs salariés. Une action de RSE avec la bénédiction du DAF ! Car reconnecter les salariés à la nature c’est bon pour la productivité : la présence de plantes et d’autres éléments naturels dans les bureaux peut améliorer l’humeur et les performances des collaborateurs jusqu’à 15%[1].

Un petit bout de jardin au bureau

Tout droit débarqués du Lot et de Vendée dans le quartier de la Défense, Romain Balmary et Charles de de la Boulaye étaient en manque de verdure ! Ils constatent aussi les difficultés à partager entre collègues des expériences autres que professionnelles. Ils décident de créer Ciel mon radis, le premier potager d’intérieur en kit pour les bureaux. 100% made in France, en bois de hêtre, le kit s’assemble en cinq minutes. Pas besoin de clou ni de vis : une lampe, un bac étanche, un terreau en brique et du compost suffisent pour obtenir de belles plantes aromatiques.

Remplacer les pauses cigarettes par des pauses vertes

Partant du constat que la qualité de vie au travail est le second facteur de motivation des salariés en France, le duo met en avant l’impact positif sur les interactions entre les salariés, qui s’épanouissent à mesure que les plantes grandissent. La prestation repose sur une formule complète : chaque potager est suivi de la semence à l’assiette par l’entreprise, qui forme des « couples de jardiniers », duos de collègues qui ne se connaissent pas. L’idée c’est qu’ils prennent un café ensemble tout en veillant sur leurs jardinières, avant d’en partager les fruits, ou de les déguster ensemble. Plusieurs ateliers pédagogiques sont organisés en amont, ainsi qu’un suivi en ligne en temps réel de l’avancée du processus de jardinage.

Ce suivi rassure Meghan, DRH d’une entreprise de panification : « Sans cet accompagnement je serais plutôt sceptique sinon sur la viabilité du projet à long terme, car s’occuper de plantes demande de la constance et des soins quotidiens. Beaucoup se persuadent de ne pas avoir la main verte, alors qu’il suffit d’accorder 5 minutes par jour à un végétal pour de beaux résultats. L’idée est belle. »

Reconnecter l’Homme à la Nature

Autre avantage, dans des sociétés urbaines de plus en plus déconnectées du contenu de leurs assiettes, l’idée permet de rapprocher l’homme de la nature et des saisons. La culture d’herbes aromatiques crée du lien entre collaborateurs, tout en faisant discrètement la promotion d’une forme d’agriculture non intensive, respectueuse de l’environnement, 100% naturelle et parfaitement adaptée au cadre urbain.

L’Oréal, Bouygues, PWC, Engie et bien d’autre se sont déjà laissés séduire par l’idée. D’autant que Ciel mon radis propose d’aller plus loin dans l’animation autour du végétal, par exemple via des séances de « Thym building » avec dégustation de plantes insolites, fabrication de bombes de fleurs, bouture de menthe fraise ou de menthe chocolat, tag végétal… Décidément la nature est une source infinie d’inspiration !

[1]Etude publiée par l’Université d’Exeter en 2014 ; étude de Melbourne en 2015

Lire aussi : Combattre l’absentéisme avec des petits pois

Laisser un commentaire