« Nous avons consulté les délégués du personnel sur la mise en place de la carte. »

Bonjour Cynthia Tortosa. Vous êtes DRH de Brainsonic, une société dont le nom est désormais bien connu. Pouvez-vous nous décrire son activité ?

Bonjour. Brainsonic est une agence de communication et de marketing digital, qui emploie aujourd’hui 150 collaborateurs, répartis sur trois sites. Les deux principaux sont à Paris et à Lyon. Nous avons également un bureau à New York et bientôt un autre à Londres. Une de nos caractéristiques, c’est la diversité de nos métiers.

Qui dit métiers différents dit sans doute des besoins très différents à l’heure du déjeuner ?

Absolument. Nous avons notamment de nombreux techniciens, qui interviennent essentiellement sur le terrain des évènements que nous couvrons, et aussi des populations plus sédentaires, qui travaillent en bureau. Cela donne des problématiques différentes pour les repas : les techniciens vont avoir besoin d’aller chercher un restaurant ou en tous cas une solution pour se restaurer rapidement alors qu’ils ne connaissent pas vraiment les environs du tournage. Au bureau, les habitudes sont tout autre.

Vous avez mis en place le Ticket Restaurant®. Une décision logique ?

Oui, car c’est une solution idéalement adaptée à la diversité de nos besoins et des envies des collaborateurs. Ils permettent aussi bien d’aller faire des courses alimentaires, que de se restaurer sur le pouce entre midi et deux. Après avoir testé différents partenaires et prestataires, nous travaillons aujourd’hui avec Edenred, pour son offre facile d’utilisation et efficace, à la fois dans le contenu proposé aux salariés, et dans l’accompagnement pour l’entreprise.
Il n’y a pas de mauvaise surprise, les restaurateurs acceptent dans leur grande majorité le paiement par tickets.

Vous avez entamé des discussions avec les salariés et leurs délégués autour du passage à la carte dématérialisée ?

Tout à fait. Comme toutes les solutions qui concernent les collaborateurs, nous mettons dans la boucle les représentants du personnel et le comité d’entreprise, dès le début du processus de choix. Concernant la carte, nous avons procédé ainsi, et les délégués ont pris l’initiative de sonder les équipes. Aujourd’hui, nous n’avons pas retenu la carte, car elle ne permet pas une utilisation suffisamment souple le dimanche. Or nous avons des salariés qui sont amenés à travailler ponctuellement ce jour-là. Autre souci rencontré, il y a encore beaucoup de commerçants qui n’acceptent pas ce mode de paiement.

Merci de votre accueil !

Laisser un commentaire