Un manager français aux Pays-Bas

pays-bas-aurelie-manager-management-culture

Jeune manager française, Aurélie découvre les Pays-Bas. Un pays dans lequel elle espère retrouver un peu ses marques. Il est vrai qu’entre l’Allemagne et le Portugal, la jeune manager a découvert deux extrêmes en terme de méthodes de management. Comment parviendra-t-elle à s’adapter à la culture et aux pratiques hollandaises ? 

Relativiser la notion de hiérarchie

Si, sur le papier, je suis le supérieur hiérarchique, cela reste purement fonctionnel : je dois faire valoir mes idées et défendre mes choix comme n’importe qui. Mon expérience ou mon statut ne suffisent pas à justifier mes décisions, à être légitime. J’avoue que cela me fatigue parfois…  Lors de présentations, il est aussi normal d’interrompre, faire une blague, apporter une correction. Autre chose surprenante : ici on prend la parole… en coupant la vôtre ! Du coup je me retrouve à devoir m’expliquer au lieu d’avancer – avec l’impression parfois de perdre mon temps.

Les rapports de travail aux Pays-Bas sont très informels : n’importe qui peut entrer dans le bureau du responsable… n’importe quand. Il n’y a pas de différence de traitement entre un stagiaire ou un senior. Tout le monde déjeune avec tout le monde. Nous sommes tous égaux, et par conséquent les codes changent : alors qu’en France on aura tendance à mettre le supérieur hiérarchique en copie d’un e-mail, cette pratique sera perçue comme un manque de confiance envers le destinataire principal à Amsterdam !

Susceptibles, s’abstenir !

Les Néerlandais sont très directs – parfois à la limite de l’impolitesse à mon humble avis ! Au travail comme ailleurs, ils donnent leur opinion sur la « bonne » manière de faire les choses, sans y mettre les formes. Et ils attendent que vous fassiez pareil. Il faut donc dire ce que je pense. Aucun risque de perdre la face : la critique fait avancer, et le droit à l’erreur est largement partagé . Alors que j’avais été un peu vexée parce qu’une jeune collègue m’offrait un livre sur les méthodes de management « pour m’en inspirer », les autres managers ont commenté :« sympa, elle veut t’aider à t’améliorer » !  Un état d’esprit positif qui va de pair avec le fait qu’ils assument volontiers leurs échecs et revendiquent aussi bien leurs réussites. Une communication directe qui fait écho avec une forme de droiture et de sincérité…

Travail, famille… santé ?

La journée de travail commence ici relativement tôt, vers 8h30, et se termine vers 17h30, sans vraiment de pause. Le déjeuner, composé de sandwichs souvent arrosés d’un verre de lait, est pris sur le pouce, le plus rapidement possible. Un repas trop long pendant la journée de travail est considéré comme une perte de temps.

Beaucoup d’employés travaillent à temps partiel, et consacrent une journée hebdomadaire à leurs enfants. La famille constitue une raison légitime de partir tôt, télétravailler, ou de ne pas travailler. Chacun le comprend. Côté motivation, les collaborateurs choisissent souvent des jours de congé supplémentaires plutôt qu’une augmentation…

Aux Pays-Bas le burn-out est étonnamment présent. Régulièrement, j’apprends qu’Untel a fait un burn-out, et le terme revient régulièrement dans les conversations. Il me semble pourtant que personne n’a l’air trop stressé, les journées de travail sont courtes, et les Hollandais semblent tellement attachés à leur équilibre pro/perso ! Mais le burn-out est abordé, comme beaucoup de choses, de manière très pragmatique : il est formellement reconnu par la loi et chacun se soucie de le prévenir.

  • Mon plus gros challenge : prendre sur moi côté communication. Ne pas me formaliser, accepter la critique intempestive, être remise en question sans précautions oratoires. Apprendre à faire de même : privilégier l’expression directe, les phrases courtes, sans équivoque – mais amicales. Attention : une politesse jugée excessive est considérée comme une perte de temps et suscite la méfiance.
  • Concilier confiance en soi + égalité. En toute occasion.
  • La bonne surprise : l’attachement à l’équilibre pro/perso, des journées de travail courtes, le respect des impératifs familiaux, la souplesse.

« Tribulations d’une manager française à l’étranger » est une série fiction relatant les expériences internationales d’Aurélie. Cette jeune manager d’une trentaine d’années dirigeait aujourd’hui une équipe à Amsterdam, aux Pays-Bas.

Partagez dans votre réseau

Laisser un commentaire