Chapeau melon ou bottes de cuir ? La bonne tenue au bon moment

tenues-habits-vetements-entreprise

S’habiller le matin avant de partir travailler peut se révéler être un véritable casse-tête pour certains. D’autres, prennent plaisir à montrer leur apparats et à se mettre en valeur. Chapon melon ou bottes de cuir ? Petit tour d’horizon de la tenue à adopter au bureau.

Les vêtements sont un marqueur culturel et social indéniable. Ils sont aussi ceux qui nous donne confiance – ou non – en nous. Mais notre tenue a aussi un impact sur ceux qui nous regardent. Comment alors concilier ses goûts vestimentaires avec notre vie professionnelle ? Quelques conseils pour éviter les maladresses.

Au cas par cas

Quel que soit le métier, l’employeur est en droit d’attendre que les salariés adoptent une tenue correcte et propre. Voire d’imposer un dress code dans le cas de salariés en relation avec la clientèle. Il est bon de rappeler qu’en 2003, la cour de cassation a estimé que « la liberté de se vêtir à sa guise n’est pas une liberté fondamentale ».

Quant à la question qui revient chaque été au sujet des shorts et des tongs au bureau : rien n’oblige un manager à assouplir ses exigences sous prétexte de grosse chaleur. Cela se discute et négocie au cas par cas, mais c’est le chef qui aura le dernier mot. Une situation qui avait conduit, en juin 2017, les chauffeurs de bus nantais à travailler en jupe, puisque le bermuda était interdit…

https://twitter.com/MCFLaunaguet/status/877535528865943552

Audace ou suicide ?

La marge de manœuvre reste toutefois considérable pour la plupart d’entre nous. Mais force est de constater que le champ des possibles est piégeux : où placer le curseur ? Tennis vs. mocassins, chemise rentrée vs. sur le pantalon, tee-shirt à col rond vs. marcel échancré… Il y a ceux qui repassent tout, ceux qui jettent le vêtement dès qu’il a un accroc, ceux qui se changent tous les jours – et ceux qui font autrement.

Une tenue professionnelle irréprochable ne vous permettra pas nécessairement de gagner des points (sauf métiers bien spécifiques où l’allure est le premier critère). Cela peut même vous nuire, si vous en faites trop… Mais il est certain que s’habiller de façon négligée en entreprise (trous, fripes, chaussures sales) risque de vous porter préjudice.

Lire aussi : Grandeur et servitudes de la cravate au bureau

Décontracté ou négligé ?

L’une des difficultés en matière vestimentaire est d’apprécier la façon dont vos choix sont perçus : ce petit trou dans votre jean que vous jugez bien anodin, ou cette tâche qui selon vous ne se voit presque pas, peuvent au contraire être considérés comme une marque de laxisme.

Il faut alors parvenir à se sentir à l’aise, tout en se fondant dans le paysage de votre entreprise. Posez-vous les bonnes questions :

  • ma tenue est-elle adaptée à mes interlocuteurs ? Votre allure, à l’instar de votre professionnalisme, reflète votre entreprise. Elle envoie donc un message (même neutre) que vous devez contrôler. Gare aux dress codes, très présents dans certains milieux : on peut choisir d’être en rupture ou au contraire chercher à plaire.
  • ma tenue en dit-elle trop sur moi ? Mieux vaut peut-être garder sont tee-shirt avec une feuille de cannabis pour les week-end.
  • ma tenue risque-t-elle de nuire à mon intégration dans mon équipe ? Veillez à ne pas agacer, incommoder ou provoquer. Faut-il vraiment porter votre Rolex au bureau, ou mettre un point d’honneur à ne porter que des vêtements usés jusqu’à la corde ?

Spontané ou stratégique ?

Le plus souvent nous ne pensons qu’à nous sentir bien dans nos pompes, selon nos propres codes et repères. Voire, comme Steve Jobs ou Mark Zuckerberg, s’habiller toujours de la même façon. Mais pourquoi ne pas jouer à l’occasion la carte stratégique ? Car en effet, la tenue vestimentaire est un atout comme une autre et nombre d’hommes de pouvoir y ont eu recours.

Au-delà de la coupe, la couleur du vêtement peut exercer une influence notre entourage, notamment parce que la couleur est la composante visuelle que l’on assimile le mieux et se remémore le plus, avant les formes et les mots.

Le bleu est la couleur la plus communément aimée dans le monde, il évoquerait la loyauté, la crédibilité mais aussi l’écoute. Le noir, la solution qui rassure tout le monde, est certes considéré comme élégant, mais peut aussi vous rendre… sombre, ou trop commun. À l’inverse, le rose, que l’on porte en général avec modération, évoque la gaité et le bonheur. Le rouge, prisé par la famille Obama par exemple, affirme votre autorité, marque les esprits et attire à tous les coups l’attention sur vous.

Lire aussi : Osez la couleur !

Par Laëtitia Cognie

Partagez dans votre réseau

Laisser un commentaire